Comparatif de papiers aquarelle

Comparatif de mes papiers aquarelle :

Ayant moi même eu beaucoup de mal à trouver le matériel de mes rêves, j’ai eu envie de vous faire profiter de ce que j’ai découvert ! J’ai donc réalisé des tests comparatifs des différents papiers aquarelle que j’ai eu en main.

Quels sont les différents types de papiers aquarelle :

Il existe de nombreux types de papiers aquarelle et ils sont tous différents. On en trouve généralement de 185g à 650g. Il existe du grain satiné (très lisse) grain fin (légèrement granuleux) et grain torchon (très granuleux). Ils sont de différentes matières, avec chacun des forces et des faiblesses. Par exemple, on trouve les papiers en cellulose, moins cher et les papiers en coton, qui sont souvent plus qualitatifs.

Pour ma part je vais vous parler des papiers 300g, grain fin, car c’est ce que j’utilise le plus. Je vous donne les prix pour une feuille 56×76, sachant qu’ils sont variables d’un fournisseur à l’autre. J’apprécie beaucoup le site aquarelle et pinceaux.

Comparatif des papiers aquarelle :

Afin de ne pas fausser le test comparatif de mes papiers aquarelle, j’ai préparé des coupelles de peinture légèrement diluée. La quantité de pigments est donc identique pour tous les papiers.
Aucun n’a bronché suite au petit frottement du repenti ou face au drawing gum. Avec un frottement plus intense, le Montval peut pelucher.

Comparatif-PapiersAquarelle-GrainFinComparatif-PapiersAquarelle-RenduCouleurs

Mon ordre de préférence, du moins bon au meilleur :

Bien entendu, cet avis est subjectif. Il correspond à mes goûts et mon besoin particulier en illustration jeunesse. J’espère que ces tests suffiront malgré tout à estimer quel papier est fait pour vous.

Le Hanemüle Bamboo :

Pas trop cher (2€), c’est un papier en fibre de bambou. Un joli grain très léger et bien irrégulier. Mais l’aquarelle a du mal à pénétrer le papier. Il faut frotter, insister, et du coup on perd en spontanéité dans le geste. C’est fastidieux et les couleurs deviennent très fades au séchage. Des points blancs apparaissent au séchage.
Comme c’est un multi technique, je pense que ça peut être un très beau papier avec autre chose que de l’aquarelle.

Le Winsor et Newton :

100% coton a le grain le plus rêche de ceux que j’ai testés. (2,35€) Il est parmi les plus blancs. Presque très légèrement rosé comparé aux autres qui tirent souvent vers le jaune. Il reste humide longtemps, les pigments bougent bien dedans. Mais pour un travail sec, il est très difficile d’imbiber le papier, il faut frotter encore et encore… le rendu me semble un peu fade, un peu mou. Le repenti est moyen, et beaucoup de points blancs arrivent au séchage…

Le Moleskine :

Il ne se trouve qu’en bloc, c’est donc difficile de comparer le prix. Un grain très original. Il semble poinçonné de façon régulière. Un genre de chair de poule en creux. Pas ma tasse de thé.
Le rendu des couleurs n’est pas trop mal, mais les dégradés sont irréguliers.

Le Montval :

Pas trop cher (2€). 100 % cellulose. Il est doux au toucher, avec un grain nuageux, discret. Le repenti est le plus efficace de tous (retrouver le blanc papier quand on frotte avec un pinceau et de l’eau. Cela permet de corriger une éventuelle erreur. ) Les couleurs sont plutôt fraîches. Mais les lavis font souvent de grosses cassures.

Le papier Arches :

100% coton. Le plus cher de mes tests (5,37€). Très réputé. Un grain très fort, mais plus « serré » que les autres. C’est le plus jaune de mes tests, ce qui peut être bien pour un paysage, une ambiance rétro… pour mon travail je ne suis pas fan. Le repenti est le pire de tous. Pour le prix j’espérais des couleurs plus franches… malgré tout elles ne sont pas trop mal et les dégradés sont beaux.

Le Millford Whatman extra-blanc :

100% coton. (4,92€) Un grain plutôt fort, presque autant que le Winsor. C’est effectivement un papier très blanc. Le plus blanc. (pas comme le Waterford, que je n’ai pas testé, car même l’extra blanc est en fait très très jaune… trop pour moi ^^’ )
Les couleurs ne sont pas mal, les dégradés sont très bien, mais le repenti moyen.

Le Fabriano artistico :

100% coton. (4,77€) Un très beau grain délicat, pas trop jaune. C’est lui qui a les plus belles couleurs ! Un repenti moyen / pas trop mal. Pas les meilleurs dégradés, mais pas le pire.
Il existe également en grain adouci, qui est entre le grain satiné et le grain fin.

Test plus poussé :

J’ai voulu tester et comparer les derniers papiers de la liste, pour choisir avec lequel faire mes album jeunesse 2021.

Test-PapierAquarelle-Millford Test-PapierAquarelle-FabrianoFin Test-PapierAquarelle-FabrianoAdouci

 

 

 

Le Millford est un pur bonheur à travailler dans l’humide. Les dégradés semblent se faire comme par magie et j’ai même pu les retravailler sans que ça tourne à la catastrophe comme avec d’autres papiers. Il reste humide très très longtemps et se comporte très bien. Ceci dit, son grain est trop fort pour moi. Il me donne une sensation de bruit, qui trouble la lisibilité. Ce papier est sans doute plus adapté pour les artistes qui aiment les grains prononcés, les paysages, ainsi que les natures mortes. Il l’est moins pour les illustrateurs.

Les deux papiers de la marque Fabriano sèchent un peu plus vite, et les dégradés sont un petit peu plus difficiles à gérer qu’avec le Millford, mais à peine. Les deux grains sont très agréables et les couleurs sont vraiment très belles. Le grain adouci est vraiment parfait pour mes livres pour enfants. Je l’ai donc utilisé pour Premiers flocons et Origami.